Production de chaleur

Production de chaleur

Le processus de compostage produit naturellement de la chaleur, Vertucy expérimente des systèmes pour récupérer cette chaleur.

De la chaleur naturellement produite

chaleur naturellement produite par compostage

Toute personne qui a déjà fait du compost dans sa vie l’a constaté : Ça chauffe ! Cette chaleur résulte du processus naturel de compostage, et lorsque l’on mélange des déchets alimentaires et des déchets verts, il se développe tout une batterie de micro-organismes qui dégradent les biodéchets, et c’est leur métabolisme qui est la source de cette chaleur.

De plus, pour nous professionnels, la montée en température est une étape obligatoire, puisque nous collectons tous types de déchets alimentaires, y compris la viande et le poisson. Nous devons garantir le respect des réglementations sanitaires, et donc « tuer » les pathogènes qui se développent dans les déchets alimentaires. Pour cela, la première étape du processus de compostage est l’hygénisation = Le maintient pendant un certain temps d’une température assez haute pour éliminer les pathogènes, et laisser libre cours aux micro-organismes qui, eux vont transformer les bio-déchets en compost. C’est en quelque sorte, une « pasteurisation » du tas de biodéchets.

Or nous constatons que, une fois le suivi de température validé, il reste beaucoup de chaleur excédentaire. En effet, un tas de biodéchets peut rester à 70°C pendant près de 3 semaines ! Pourquoi alors ne pas récupérer cette chaleur excédentaire ?!

Potentiel et usages

Potentiel

Un groupe de chercheur de l’IRSTAE mène actuellement des études sur ce qu’ils nomment des « réacteurs à biodéchets » qui produisent de la chaleur grâce au processus de compostage des biodéchets. Si la production de chaleur est directement corrélée au mélange déchets alimentaires/déchets verts, les premiers résultats sont encourageants, et permettent d’énoncer l’affirmation suivante :

Le potentiel énergétique de 10t de biodéchets = potentiel énergétique d’1t de pétrole = 11 600 kWh.

A titre de comparaison, une maison de 80 m² RT 2012 (Réglementation thermique 2012 = réglementation thermique en cours d’usage dans la construction neuve) consomme pour se chauffer 12 000 kWh par an. Ainsi, 10t de biodéchets ont le potentiel de chauffer une maison de 80m². (Comparaison pour faciliter la compréhension, la chaleur issue du compostage doit se consommer immédiatement, elle ne peut être stockée et utilisée sur une année entière)

Une plateforme VERTUCY traite à son plein potentiel 730T de biodéchets par an.

Usages

Nous pourrions utiliser la chaleur produite par le compostage pour chauffer un bâtiment par exemple, mais cela impliquerait de transporter la source de chaleur à l’endroit où elle est consommée. Autrement dit, transporter les 10t de biodéchets à côté du bâtiment à chauffer. Vous l’aurez compris, c’est compliqué, mais pas forcément impossible. Nous pouvons ainsi envisager de lancer le processus de compostage dans un container, et déplacer le container à proximité du bâtiment à chauffer …

Mais un autre usage semble bien plus pertinent : utiliser le compostage pour chauffer des serres maraîchères. C’est une pratique vieille comme le monde, car elle était utilisée par les maraichers parisiens au XIXé siècle. Cette technique utilise des couches de biodéchets en cours de compostage pour chauffer des serres. La technique a également été expérimentée par l’agronome Jean Pain, qui chauffait sa maison avec du compost !

Ainsi, nous expérimentons plusieurs techniques pour récupérer la chaleur lors du processus de compostage, et cette chaleur sera prioritairement utilisée pour chauffer des serres maraîchères. Chauffer une serre permettra alors notamment de rendre le système résilient, tout en pourquoi pas, prolongeant les saisons !

Expérimentations

A VENIR !!!! L’expérimentation des idées, c’est l’épreuve du temps long ! Nous avons plusieurs pistes de systèmes innovants pour récupérer la chaleur produite par compostage, allant de volumes de 1m3 à … 10m3 ! De plus, l’endroit où utiliser cette chaleur sera déterminante pour la bonne définition des innovations à mener.

Retour haut de page