Compost

Vertucy œuvre à nourrir et réparer les sols du territoire de Saint-Etienne avec un compost riche en nutriments et sans plastique

Notre offre

A VENIR !!!


La réponse à un besoin environnemental et agronomique pour le territoire

L’appauvrissement des sols en matière organique peut être résolu par l’ajout de compost (1). Il est urgent d’utiliser au mieux les gisements de déchets organiques pour nourrir les sols et réduire l’utilisation des engrais chimiques.

L’épandage de compost permet également l’amélioration des capacités de captation de CO2 des sols (2).

Un système décentralisé de compostage est vecteur de créations d’emplois de proximité (un emploi pour 1 000 tonnes de biodéchets vs 1 pour 3 000 tonnes dans l’industrie du déchet (3)).

Notre modèle

La solution VERTUCY consiste à mettre en place plusieurs « petites » plateformes essaimées sur le territoire, réparties géographiquement de manière à limiter le transport des déchets, à se prémunir de l’effet de seuil inhérent aux grosses unités de traitement, rendant ainsi compatible la solution avec une politique de réduction du gaspillage alimentaire. Nos plateformes sont ainsi plafonnées à 730T de biodéchets par an.

Processus de compostage

Processus de compostage

Une fois le camion arrivé sur plateforme, nous contrôlons la qualité du tri et nous lavons et désinfectons les bacs. Deux flux sont alors créés :

Un flux tri parfait

Un flux tri imparfait

L’opérateur se contente de constater l’erreur de tri, il ne retire pas l’indésirable qui est éliminé en fin de process

Les déchets alimentaires sont alors mélangés aux déchets verts à l’aide d’un bol mélangeur sans être broyés.

Ces mélanges sont ensuite passés en fermentation :

Hygiénisation de 65°C pendant 3 jours avec un container à aération forcée (le même qui servira à récupérer la chaleur) pour le flux tri imparfait.

Hygiénisation 55°C pendant 14 jours en andain pour le flux tri parfait.

Les déchets passés par le container poursuivent leur cycle de fermentation à l’intérieur de ce dernier, et le container sert à récupérer la chaleur excédentaire entre J3 (fin de l’hygiénisation) et J14. Ceux passés par l’andain sont retournés régulièrement au chargeur en fonction de la cinétique de température.

Les déchets entrent ensuite dans la phase de maturation en lombricompostage de minimum 3 mois. Cette maturation pourra être réalisée en plateforme VERTUCY ou en bout de champs directement chez l’agriculteur/utilisateur.

Enfin, une fois le lombricompost maturé et sec, il est tamisé. C’est à ce moment là que les indésirables potentiellement restants sont éliminés. Nous réalisons enfin des recettes adaptées aux besoins agronomiques spécifiques de nos clients agriculteurs.

Notre process industriel repose ainsi sur les postulats suivants :

Les indésirables sont bien plus faciles à éliminer dans la matière sèche plutôt qu’humide. C’est pour cela que nous les éliminons en fin de processus, au moment du tamisage.

Les indésirables sont bien plus facile à éliminer si ces derniers sont intègres. C’est pour cela que nous réduisons au strict minimum les actions de mélange mécaniques.

Pareil process implique forcément une collecte par échange de bacs, sans sacs.

Assurance Qualité

Dans le cadre du plan d’autocontrôle de la plate-forme, une analyse bimensuelle sera réalisée sur les flux sortants qu’il s’agisse des flux de compost déchets végétaux/déchets alimentaires ou des flux de lombricompost.

Ces analyses seront menées dans le cadre du suivi de la qualité du compost lié au respect de la norme NFU 44-051 et du suivi de la qualité sanitaire des produits issus du compostage de sous-produits animaux de catégorie 3.

En ce qui concerne cet objectif, nous prendrons référence au règlement CE 142/2011 qui propose des modalités de validation des paramètres de conversion en cas de procédé d’hygiénisation prenant appui sur une référence nationale (voir note de service DGAL/SDSPA/N2009-8166 du 15 juin 2009 relative à l’agrément des usines de compostage mettant en œuvre une méthode alternative de compostage) et dérogeant à la règle européenne.

Conformément au règlement CE 142/2011 (et en particulier son Annexe V – Chapitre III – Section 3), 5 échantillons seront effectués. Les paramètres microbiologiques E. coli, Entérocoques et Salmonelles seront recherchés afin de pouvoir valider la qualité de l’hygiénisation des produits dans le cadre du procédé.

En référence au règlement CE 142/2011 – Annexe V – Chapitre III – Section 3, et en complément du suivi régulier du couple temps-température, les résultats seront jugés favorable dès lors que :

E. coli : sur 5 échantillons, 1 seul peut être entre 1000/g et 5000/g compte tenu que les 4 autres sont inférieurs à 1000/g

ou Entérocoques : sur 5 échantillons, 1 seul peut être entre 1000/g et 5000/g compte tenu que les 4 autres sont inférieurs à 1000/g

Salmonelles : absence exigée

Traçabilité

Par ailleurs, une traçabilité précise sera mise en œuvre. Elle démarrera dès la collecte des déchets alimentaires par VERTUCY. Conformément à la réglementation européenne, chaque collecte fait l’objet de l’émission d’un « Document d’Accompagnement Commercial » (DAC). A noter que pour favoriser le suivi et la traçabilité, VERTUCY développe un logiciel de gestion spécifique permettant l’émission et la sauvegarde des DAC.

Une fois sur site, la constitution des lots de fermentation est enregistrée, tout comme les lots en maturation. Chacun d’entre-eux fait l’objet d’un numéro unique, permettant un suivi et une traçabilité complète.

Études sources de nos constats

1 – Évaluation du déficit en matière organique des sols français et des besoins potentiels en amendements organiques (Roussel et al. 2001)

2 – Les services écosystémiques des sols : du concept à sa valorisation (Walter et al. 2015) &  Initiative 4 pour 1000

3 – Vers la résilience alimentaire , les greniers d’abondance 2019

Retour haut de page